MS Vera Pax – Fabian de Wachter

En service depuis novembre 2017 sur l’itinéraire Ports de la mer du Nord – Rhin (jusque Bâle).

Configuration du moteur : post-traitement à l’aide de catalyseurs SCR et de filtres à particules
Caterpillar 3512 (C) DI-TA électronique 2 x 1420 cv
Propulseur : Caterpillar Veth-Jeth-Jet 590 cv

Les deux moteurs sont équipés d’un système de post-traitement composé d’un catalyseur SCR et d’un filtre à suie avec régénération passive. Deux générateurs à arbre hélice alimentent un banc de batteries. Lorsque le navire est à quai, ces générateurs peuvent alimenter le navire en électricité pendant une période de 12 heures.

Fabian de Wachter : « Le secteur de la navigation intérieure ne peut se permettre de rester en retrait alors que tous les modes de transport travaillent à la réduction des émissions et de la pollution. Si vous avez des investissements majeurs en vue, vous devez en tenir compte. Mais la fiabilité reste selon moi la priorité ultime. Ainsi, lors du choix de la technologie, j’ai opté pour une configuration classique avec un système de post-traitement complet pour les deux moteurs. Cela représentait un supplément d’environ 30 %, mais c’est un système de propulsion que je connais et en lequel j’ai confiance. Vous constatez tout de suite que cela porte ses fruits car vous émettez moins de particules de suie .»

Fabian tenait cependant à être clair sur un point, à savoir que l’on devra encore attendre avant de bénéficier d’un modèle concret de retour sur investissement. « Tout le monde attache de l’importance aux solutions durables, mais je reconnais honnêtement qu’il n’existe pas encore d’effet de rentabilité immédiat, du moins pas sur le plan financier. L’investissement implique néanmoins, bien entendu, la création d’une valeur ajoutée pour le navire en tant que tel. Les caractéristiques écologiques seront en outre inévitablement valorisées sur le marché du transport. Et ça, je pourrai en bénéficier immédiatement. Les premiers à investir seront les premiers à en récolter les fruits.»

J’avoue honnêtement qu’il n’y a pas encore de retour sur investissement. Mais les caractéristiques écologiques sur le marché des transports auront une valeur ajoutée. Et j’en profite.